Tag Archives: Arbeits-Kommandos

Émile Weppe. La captivité en Arbeitskommandos

Arbeitskommando n° 637 : Gerhard Hausen donne, page 58 de son livre “Zwangsarbeit im Kreis Olpe” (Band 32 der Schriftenreihe des Kreises Olpe, Selbstverlag, 2007, ISSN 0177-8153), une liste de 16 Lager (cantonnements) de prisonniers de guerre du district de Olpe, dépendant du stalag VI A de Hemer, suite continue de numéros du n° 626 (Halberbracht I) au n° 641 (Olpe), indiquant le nom du Lager, le nombre de prisonniers de guerre, le nom de leur “employeur” et son activité. Soit pour [...]

Libération des Arb-Kdos de la mine de pyrite de la Sachtleben à Meggen, Halberbracht, Maumke et Kirchhundem, en avril 1945

La libération était attendue des prisonniers de guerre depuis presque cinq longues années. La guerre s’était installée sur le territoire du Reich. A Halberbracht, Bruno Eickhoff m’a fait découvrir le garage d’une ferme dans lequel étaient logés des prisonniers de guerre français qui avaient pronostiqué, sur un mur, le jour d’arrivée des Alliés. [nggallery id=11] Pour Sprimont c’était pour le 6 mai, pour Martin le 10 mai, pour Bertiaud le 15 mai, pour Lacquemanne le 20 avril, pour Puchois le [...]

Sur les traces de mon père

Les recherches que j’avais entreprises depuis 2007 m’avaient révélé les lieux de captivité de mon père, entre 1940 et 1945 : le stalag VI A de Hemer où comme des milliers de prisonniers de guerre, il avait été enregistré, épouillé, désinfecté avant d’être affecté dans un Arbeitskommando à Halberbracht (n° 637) puis à Meggen (n° 2805) où il a été libéré le 10 avril 1945. Entre temps, le 10 décembre 1942, son Arb-Kdo était passé sous la coupe du stalag VI [...]

Stalag VI A – Site de Hemer – Chapitre 16. Indemnisation pour travail au cours de la période d’après-guerre

Remerciements : Ce texte en français, est la traduction par Philippe-Henri Van der Laan (traducteur professionnel en retraite), relue par Pascal Margenseau (professeur d’allemand) du texte allemand intégral du site dédié au stalag VI A de Hemer http://www.stalag-via.de/ (auteurs : Hermann-Josef Geismann, Peter Klagges, Emil Nensel, Hans-Hermann Stopsack, Eberhard Thomas et Michael Wischowski et autres contributeurs). Indemnisation pour travail au cours de la période d’après-guerre Les prisonniers de guerre et les personnes affectées au travail forcé ont été employés à [...]

Arbeitskommandos des stalags VIA de Hemer et VID de Dortmund et documents de référence

Vae Victis ! Malheur au vaincus ! L’article 27 de la Section III de la Convention de Genève de 1929 commence par “Les belligérants pourront employer comme travailleurs les prisonniers de guerre valides …”. En signant ce traité, les plénipotentiaires des États signataires pensaient encadrer, voire adoucir une tradition millénaire de la guerre : l’esclavage, dont aujourd’hui la traduction politiquement correcte française est “le travail forcé”. Mais la Wehrmacht ignorera la suite du texte, sauf pour ce qui concerne les [...]

Stalag VI K (326) de Senne/Forellkrug (aujourd’hui Schloß Holte-Stukenbrock) et ses Arbeitskommandos

L’année 1942 voit une réorganisation des stalags du Wehrkreis VI. La Blitzkrieg des campagnes de Pologne et de France n’est plus qu’un souvenir pour les Allemands, entrés dans une guerre d’usure longue. De plus en plus d’Allemands sont appelés à combattre sur les différents fronts alors que l’effort de guerre doit être revu profondément. Les prisonniers soviétiques que, dans un premier temps, les nazis avaient laissé mourir de faim hors du grand Reich sont introduits dans les stalags dans le [...]

La captivité des PG français pendant la seconde guerre mondiale

Il n’y a presque plus de vétérans, tous âgés de plus de quatre vingt dix ans. Pour comprendre ce que fut la captivité des prisonniers de guerre français, il est nécessaire de remonter les pendules jusqu’au moment de leur appel sous les drapeaux en septembre 1939. Car les cinq annés d’exil en pays ennemi, ont été précédées de huit mois d’attente loin de leur foyer et six semaines d’une guerre éclair à laquelle ils n’ont rien compris. Leurs chefs politiques [...]

L’exploitation de la main d’oeuvre française.

Le travail imposé aux prisonniers de guerre est indissociable de la politique générale de recours à la main d’oeuvre étrangère que le IIIème Reich engagea pour remplacer dans les mines, usines et exploitations agricoles, les Allemands appelés à combattre d’une part et pour assurer puis intensifier “l’effort de guerre” de l’industrie allemande d’autre part. Cette politique menée par le régime nazi, avec toutes les dérives entraînées par son idéologie, a notamment été appliquée dans l’industrie. Fritz Sauckel a été condamné à mort et [...]