Jean BATRIAUD, premiers jours de captivité

LA CAPTIVITÉ

Lundi         27    Fretin – j’étais encore libre – Pont de Delle (Deûle) – Essence
Mardi         28    5h15 du matin – Prisonnier – à 3h Joseph Thibaudin tombait


Mercredi    29    Fretin –  Parquons dans les Tréfileries Lambert
Jeudi         30    R.A.S. – même place
Vendredi    31    Départ pour Tournai – 40kms


Plan de Fretin (carnet)

JUIN 40
Samedi 1er     Départ pour Pecq – 18 kms
1er  arrêt : Leaucourt

Dimanche 2    Départ pour Frasnes – 30 kms

Lundi 3           Départ pour Ronse Renaix 17h – 22 kms
Vu Loury et Babad. Nuit froide en plein air. Rien de rien à manger. Sûr que Thibaudin est tué. Arrivée  au repas à 22h.  23h : 1 tasse de jus (café) et une tranche de pain.

Lire la suite

3 Responses to Jean BATRIAUD, premiers jours de captivité

  1. Jeanneton-Marino :

    Je recherche des détails sur la vie dans le Stalag VI B où était arrivé mon père en Allemagne au début de sa captivité.
    Votre description est très instructive mais mon père avait été fait prisonnier à Quinquempoix dans l’Oise. Je n’ai pas d’information sur son parcours vers le Stalag VI B.

  2. Poirrier Lydie :

    Votre blog m’intéresse beaucoup, je suis née 9 ans après l’armistice, et mon père Maurice Poirrier a été en captivité (STO) ne m’a jamais parlé de ces conditions de captivité.
    J’aimerai savoir dans quel Stalag il était ? Par quel moyen pourrais-je le savoir ? je sais seulement qu’il a été à Dortmund de février 42 au 8 mai 45.
    Par avance merci de votre réponse.
    Bien cordialement.

    • Louis :

      Bonjour Lydie,
      Notre blog traite de la captivité des prisonniers de guerre français pendant la seconde guerre mondiale. Les personnes requises au titre du STO n’étaient pas « officiellement » en captivité et ne relevaient pas des camps (oflags, stalags … et les Kdos qui en dépendaient) même si, dans certains cas, ils ont connu la même forme de travail forcé chez les mêmes employeurs allemands.
      Quelque soit la raison de la déportation en Allemagne de votre père (prisonnier de guerre ou STO), le BAVCC de Caen a archivé les documents le concernant (voir notre article « Démarches, adresses et liens utiles).
      Cordialement.
      Louis
      N.B. : Je relève dans la liste n° 49 (page 48) des PG (en ligne sur Gallica.bnf.fr) un « Poirrier (Maurice), °24-04-04 à Droué, soldat de 1ère classe du 8ème régiment du Train, enregistré au Stalag IV B. » Mais s’agit-il de votre père ?

Répondre à Jeanneton-Marino Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WC Captcha − 1 = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>