Stalag VI A – Site de Hemer – Chapitre 8 bis – Le « camp mouroir » de Hemer – 2/2

Vivre et mourir au camp

Le « Camp des Russes » était le nom que les habitants de Hemer donnaient au Stalag VI A, le « Camp Mouroir », comme l’appelaient les prisonniers de guerre soviétiques. Celui qui allait à Hemer n’avait qu’une chance infime de survivre. L’ex-prisonnier de guerre Nikolaï Gubarew se rappelle : « Pour tous les prisonniers le pain signifiait la même chose que la vie. Toutes les conversation tournaient autour de la nourriture. » L’alimentation, le logement et l’habillement des prisonniers étaient totalement insuffisants. À la cuisine du camp, la viande, les matières grasses et le pain étaient revendus sous main, tandis qu’on donnait du pain moisi aux prisonniers.

Au camp sévissaient des maladies contagieuses comme la tuberculose, la diphtérie et la dysenterie. Il y avait très peu de médicaments. Lorsque, à la fin de 1942, le typhus fit éruption on traita les malades à l’aspirine. Malgré la désinfection régulière, les bâtiments et baraques fourmillaient de vermine. Le prisonnier français Jacques Pavillier travaillait au camp comme infirmier : « En été 1942 on amenait de nombreux prisonniers russes, même des femmes, tous dans un état lamentable, de vrais squelettes. Beaucoup d’entre eux mouraient. »

Au printemps 1945 quelque 23.000 personnes étaient incarcérées à Hemer, gardées par 500 soldats de la Défense nationale. Certaines équipes de gardiens se montraient particulièrement cruelles à l’égard des prisonniers soviétiques. À la moindre occasion ils étaient battus et torturés. Il y avait aussi des meurtres commis par les gardiens, comme le signale Nikolaï Gubarew : « J’étais occupé au bloc 6 quand j’ai entendu en coup de fusil. Un prisonnier russe, qui s’affairait aux poubelles du secteur français, tomba raide mort. La sentinelle à la porte du pré-camp l’avait tué de sang froid. »

La fosse commune au-dessus de la ville

Chaque jour, des convois funèbres quittaient le camp et traversaient la ville. Les chariots étaient chargés de prisonniers de guerre morts, simplement enveloppés de papier. Les morts étaient enterrés dans plusieurs cimetières de la ville. Le plus vaste était situé sur la Duloh, une colline à l’ouest de Hemer. Un ancien factionnaire raconte : « Quelques prisonniers, rackettés avec de la gnôle et des portions alimentaires supplémentaires, avaient pour triste mission de rassembler les morts qui tombaient chaque jour au stalag, de les transporter en voiture à cheval au cimetière russe et de les enterrer dans des charniers. Lors d’une tournée de contrôle je vis à cinq heures du matin s’approcher une voiture à cheval. Et l’officier de garde de me dire : ‘Voilà encore un chargement d’Iwan Kaputt (de Jean Crevé). »

Le souvenir des victimes

À l’endroit où, chaque matin et chaque soir, les prisonniers devaient pendant des heures se tenir pour l’appel de comptage, se trouve maintenant la caserne Blücher de l’armée fédérale. Un espace-souvenir face à la garde rappelle l’existence du stalag de Hemer. Des photos, documents et objets usuels donnent un aperçu de la vie et des conditions au camp. Sobres et propres, les bâtiments de caserne de l’armée ne trahissent plus la souffrance et l’horreur qui régnaient au plus vaste camp de prisonniers de guerre de l’Empire allemand.

Devant l’entrée du « camp mouroir » de Hemer se trouve aujourd’hui un mémorial : « Aux victimes du Stalag VI A ». C’étaient plus de 200.000 personnes, dont plus de 160.000 de l’Union Soviétique.


Mémorial aux victimes du Stalag VI A

Le cimetière possède aussi son mémorial. Il rappelle les 20.000 prisonniers de guerre soviétiques qui y sont enterrés. Depuis 1996 une croix orthodoxe russe veille sur les « tombes fraternelles », comme les Russes appellent aujourd’hui la fosse commune, ombragée par le feuillage clair des bouleaux de haute taille, les arbres de la patrie russe. Aujourd’hui, une atmosphère paisible règne ici, sur les hauteurs au-dessus de la petite ville de Hemer en Westphalie. Même la pluie a cessé.

Leben und Sterben im Lager

« Russenlager » hieß das « Stalag VI A » bei den Einwohnern Hemers, « Sterbelager » nannten es die sowjetischen Kriegsgefangenen. Wer nach Hemer kam, hatte nur sehr geringe Chancen zu überleben. Der ehemalige Kriegsgefangene Nikolai Gubarew erinnert sich: « Brot war für alle Gefangenen gleichbedeutend mit Leben. Um das Essen kreisten alle Gespräche. » Verpflegung, Unterkunft und Kleidung der Gefangenen waren völlig unzureichend. Aus der Lagerküche wurden Fleisch, Fett und Brot unter der Hand weiterverkauft, während die Gefangenen verschimmeltes Brot erhielten.

Im Lager grassierten ansteckende Krankheiten wie Tuberkulose, Diphterie und Ruhr. Medikamente gab es kaum. Als Ende 1942 Typhus ausbrach, wurden die Kranken mit Aspirin behandelt. Trotz regelmäßiger Desinfektionen waren Gebäude und Baracken voller Ungeziefer. Der französische Gefangene Jacques Pavillier arbeitete als Sanitäter im Lager: « Im Sommer 1942 kamen viele russische Gefangene, sogar Frauen, alle in einem bedauernswerten Zustand, wahre Skelette. Viele starben. »

Im Frühjahr 1945 waren etwa 23.000 Menschen in Hemer inhaftiert, bewacht von 500 Soldaten der Wehrmacht. Einzelne Wachmannschaften zeigten sich den sowjetischen Gefangenen gegenüber besonders grausam. Die Gefangenen wurden beim geringsten Anlass geschlagen und gequält. Auch Morde wurden vom Wachpersonal verübt, wie Nikolai Gubarew berichtet: « Ich hatte im Block 6 zu tun, plötzlich fiel ein Schuss. Ein sowjetischer Gefangener, der sich an den Mülltonnen des Franzosenlagers zu schaffen machte, brach tot zusammen. Der Wachposten am Tor zum Vorlager hatte diesen Menschen kaltblütig erschossen. »

Das Massengrab über der Stadt

Täglich rollten die Totentransporte aus dem Lager quer durch die Stadt. Auf den Karren lagen die Leichen der toten Kriegsgefangenen, nur in Papier eingeschlagen. Die Toten wurden auf verschiedenen Friedhöfen in der Stadt begraben. Der größte Friedhof liegt auf dem Duloh, einem Hügel westlich von Hemer. Ein ehemaliger Wachtposten berichtet: « Einige mit Schnaps und Sonderrationen erpresste Gefangene hatten die traurige Aufgabe, die täglich im Stalag anfallenden Toten zu sammeln und mittels eines Pferdefuhrwerkes zum Russenfriedhof zu transportieren und in Massengräbern zu bestatten. Bei einem Kontrollgang sah ich gegen fünf Uhr morgens, wie sich ein Pferdefuhrwerk näherte. Der wachhabende Offizier erklärte mir: ‘Da kommt wieder eine Ladung Iwan Kaputt.’ »

Gedenken an die Opfer

Dort, wo früher die Gefangenen jeden Morgen und Abend zum stundenlangen Zählappell antreten mussten, ist heute die Blücherkaserne der Bundeswehr untergebracht. Ein Geschichtsraum gegenüber der Wache erinnert an das Kriegsgefangenenlager in Hemer. Fotos, Dokumente und Gebrauchsgegenstände vermitteln einen Eindruck vom Leben und den Zuständen im Lager. Den nüchternen, sauberen Kasernengebäuden der Bundeswehr sieht man das Leid und Grauen, das im größten Kriegsgefangenenlager im Deutschen Reich herrschte, nicht mehr an.

Vor dem Eingang des « Sterbelagers » in Hemer steht heute ein Mahnmal: « Den Opfern des Stalag VI A zum Gedenken ». Es waren mehr als 200.000 Menschen, davon über 160.000 aus der Sowjetunion.


Monuments aux morts soviétiques du Stalag VIA au cimetière de Hemer

Auch auf dem Friedhof gibt es ein Mahnmal. Es erinnert an die 20.000 sowjetischen Kriegsgefangenen, die hier begraben liegen. Ein russisch-orthodoxes Kreuz wacht seit 1996 über den « Brudergräbern », wie die Russen heute das Massengrab nennen. Hohe Birken, die Bäume der russischen Heimat, spenden mit ihrem lichten Laub Schatten. Friedlich ist es heute hier oben über dem westfälischen Städtchen Hemer, sogar der Regen hat aufgehört.

5 Responses to Stalag VI A – Site de Hemer – Chapitre 8 bis – Le « camp mouroir » de Hemer – 2/2

  1. LAMOUREUX :

    Bonsoir,

    J’ai réalisé des recherches succintes sur un homme dénommé Marcel WALLE, mort au camp de Hemer. Il avait fait le tour de France en 1936 et est originaire de Sains-Richaumont (Aisne)…
    Si jamais vous croisez son nom, pensez à moi !

    bonne soirée,

    Vincent LAMOUREUX
    Adjoint
    Commune de SAINS-RICHAUMONT

    • Louis :

      Bonsoir,
      Je n’ai qu’une copie de son acte de décès que je peux vous adresser si vous ne l’avez pas déjà.
      Cordialement.
      Bonne année

      • LAMOUREUX :

        Bonsoir Monsieur,

        Je découvre par hasard votre réponse, ne connaissant pas le principe du site. Je vous suis reconnaissant d’avoir répondu à mon appel. Toutefois, j’ai déjà son acte de décès.
        Toutes mes excuses pour ma réponse tardive !
        V.Lamoureux

  2. BROCHOT NEANT Mireille :

    Mon père, Pierre NEANT, a été prisonnier au stalag VI A, à partir du 2 mai 1941, jusqu’à une date qui m’est inconnue.
    Je cherche depuis longtemps, sans succès, des personnes qui auraient été à ses côtés dans ce camp. Il a contracté une maladie lors de sa captivité et est mort peu de temps après ma naissance. Je n’en ai aucun souvenir.

    Je garde espoir !

    • Louis :

      Bonjour Mireille !

      Pour plus de renseignements sur la captivité de votre père, veuillez lire notre article « Démarches, adresses et liens utiles » (passez par l’onglet « Plan du site » pour faire plus court).
      Bonnes recherches. Maintenant votre message est sur le Net, mais, des homonymies étant possibles, il serait bien de donner plus d’éléments concernant votre père (date et lieu de naissance au minimum). Il y a désormais peu de chance que des camarades de captivité soient encore en vie, mais, peut-être, leurs descendants verront-ils votre bouteille à la mer.
      Cordialement.

Répondre à LAMOUREUX Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>